Si le grain de blé ne meurt pas...

5e dimanche de Carême



« L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul, mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits. »


La source de la glorification du Christ, c’est l’Amour :


· cet Amour fait de soumission entière à la volonté du Père ;

· cet Amour qui ne recule pas devant la souffrance ;

· cet Amour qui consent librement à la souffrance ;

· cet Amour qui aime assez pour s’oublier, pour se donner sans retour, sans condition.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux, celles qu’on aime. »


Et le chemin qui a mené Jésus à la gloire est appelé à devenir le nôtre.


« Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. » (Jean 12, 26)


Le chemin à suivre n’est pas d’abord un chemin de souffrance, mais un chemin marqué par l’amour. Mais parce qu’il est empreint d’amour, ce chemin n’évite pas la souffrance quand elle se présente. Il ne l’évite pas parce que consentir à souffrir pour quelqu’un qu’on aime et continuer à aimer au cœur de la souffrance, c’est donner le signe qu’on aime vraiment et profondément.


Et, il y a toutes sortes de souffrances : paroles blessantes de la part de quelqu’un qu’on aime, refus d’accéder à l’un de nos désirs, déception causée par un enfant ou un conjoint, maladie, situation de pauvreté, mots malveillants prononcés à notre sujet, échec dans un projet…


Le chemin de glorification tracé par Jésus nous invite dans ces situations quotidiennes, à garder un cœur aimant et généreux pour tous ceux et celles qui nous entourent. Obtiens-nous cet amour inconditionnel et cette générosité, Seigneur.


L’abbé Jean-Marie Proulx