Nous sommes invités à vivre de façon consciente et responsable



Réflexion sur l'évangile du 33e dimanche du temps ordinaire


Il m’arrive de réfléchir à la fin du monde, de notre monde avec la pandémie qui a fait tant de morts, entre autres dans les CHSLD et la crise écologique qui s’accentue. Cette fin du monde me fait aussi penser à ma propre fin. L’Écriture dit des justes qu’ils vivent soixante-dix ans, quatre-vingts pour les plus vigoureux…

Quand nous regardons des amis qui meurent, ceux et celles qui vieillissent, nous ne pouvons pas passer à côté. Devons-nous céder à la panique et à la peur, nous évader pour chasser ces idées noires? Comment réagir? Le psaume de ce dimanche nous rassure: «Tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption.» Je compte pour Dieu et Dieu est quelqu’un pour moi et pour tous les humains. Il nous fait confiance et nous garde dans la Paix.

Nous le savons, la vie est fragile et dure peu. Mais, nous sommes invités à vivre dans ce monde de façon consciente et responsable, d’autant plus que nous avons confiance à Celui qui nous aime d’un amour infini et qui vient vers nous. Dans l’Évangile, Jésus nous invite à regarder le figuier: «Dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous le savez, l’été est proche.» Ça nous garde dans l’espérance. La fin sera comme un printemps. Nous allons vers un monde meilleur retrouver ceux et celles qui nous ont précédés et qui sont maintenant dans l’Amour du Père, du Fils et de l’Esprit Saint.

Quelle joie!

L’abbé Jean-Marie Proulx