« Moi, Je suis la vigne, et vous, les sarments. »


5e dimanche de Pâques


Dans l’évangile de ce dimanche (Jean 15, 1-8), Jésus nous dit qu’il est la vraie vigne. J’explique aux parents qui font baptiser que le baptême est le moment où s’opère la greffe d’une petite pousse sur le tronc qu’est Jésus lui-même pour que la sève de son Amour circule en elle et lui donne de porter du fruit.


Quels sont les fruits que nous devrions porter comme sarments (branches) de la vigne ? Ce sont les fruits de l’Esprit dont Saint-Paul parle dans l’épître aux Galates (5, 22-25) : la charité, la joie, la paix, la longanimité, la serviabilité, la bonté, la confiance dans les autres, la douceur et la maîtrise de soi.


Donc, plus je m’approche du Seigneur par la prière cœur-à cœur, par l’eucharistie, par l’accueil chaleureux qu’il nous fait dans le sacrement du pardon, plus la lumière de son Amour va transparaître à travers nous, parce que ça nous sera plus facile de reconnaître et d’écouter son Esprit d’amour en nous. Et, nous pourrons dire comme Saint-Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi. » N’est-ce pas merveilleux ! Et, nous serons les premiers surpris des fruits que nous portons à la plus grande gloire du Seigneur. Et nous réaliserons que, en dehors de Lui, comme nous le rappelle Jésus, en dehors de Lui, nous ne pourrons rien faire.


L’abbé Jean-Marie Proulx