Le royaume du Christ est une manière d’être, une manière de vivre



Réflexion sur l'évangile du dimanche : Le Christ, Roi de l’univers


Dans l’histoire humaine, certaines rencontres ne s’effacent pas avec le temps. Elles restent gravées dans la mémoire des hommes. Parmi elles, il y a ce procès de Jésus dans le palais du gouverneur Ponce Pilate. Deux hommes face-à-face : d’un côté, Pilate, le gouverneur romain, dans son palais; et de l’autre, face à lui, Jésus, seul et abandonné de tous, prisonnier. Le gouverneur interroge Jésus : « Es-tu le roi des Juifs? » (Jn 18, 33)

« Ma royauté ne vient pas de ce monde », dit Jésus (Jn 18, 36). Le monde dont Jésus parle n’est pas le monde selon le rêve de Dieu, mais le monde de Pilate, donc aussi le nôtre, c’est-à-dire un monde où celui qui est valorisé, c’est celui qui s’impose, c’est le plus riche, le plus fort, celui qui séduit par ses talents humains, par son savoir-faire et son savoir-être. Et dans ce contexte-là, la royauté, pour Pilate, a des consonances politiques. C’est pourquoi Jésus ajoute : « Si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. » (Jn 18, 36) (…)

Cette rencontre que l’histoire n’a pas oubliée nous invite à ne pas nous tromper sur ce que signifie la royauté du Christ. Nous aimerions un roi qui montre sa puissance et nous invite à son triomphe; un roi qui punit les méchants, au lieu d’être livré entre leurs mains.

Mais si le Christ est roi, c’est parce qu’il est rassembleur des forces d’amour dont nous sommes capables.

Il est roi parce que des millions et des millions d’hommes et de femmes l’ont accueilli au cœur de leur vie librement et avec joie.

Il est roi parce qu’il a triomphé sur la mort et il entraîne à sa suite « le peuple qui habitait le pays de l’ombre », donnant à chacun la force de lutter contre tout le mal qui défigure l’humanité.

La préface de la messe du Christ Roi déploie les différentes facettes de sa royauté. Elle qualifie son règne à l’aide de plusieurs valeurs : la vie, la vérité, la justice, l’amour, la paix, la grâce et la sainteté.

Son royaume est une manière d’être, une manière de vivre, une présence chaleureuse au cœur du monde. Être avec lui, au cœur du monde, des hommes et des femmes de paix, témoins d’une Vérité qui nous dépasse infiniment, est notre manière à nous de faire partie de son royaume. Le procès de Jésus est toujours ouvert.

Jésus les appelle et leur dit : « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » Mc 10, 42-45.

Père Jerry Tony Solano