La foi nous appelle à vivre en ressuscités



Réflexion sur l'évangile du 17 avril: Dimanche de la Résurrection du Seigneur


Pâques célèbre la victoire du Christ Jésus sur les ténèbres, le mal et la mort. Ce mystère nous amène à trois réalités:

1. Jésus est vraiment ressuscité. Après réellement mis à mort, son Père l’a ramené à la vie.

2. Si le Christ est ressuscité, nous aussi, un jour, nous ressusciterons. Nous l’affirmons parce que le Christ en a fait la promesse quand il a déclaré: «la volonté de Celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour.» (Jean 6, 39)

3. Non seulement nous ressusciterons à la fin des temps, mais dès maintenant, si nous croyons au Christ, nous sommes ressuscités. C’est ce qu’affirme Saint-Paul dans la 2e lecture de ce dimanche.


Si Saint-Jean a cru que Jésus est ressuscité, c’est qu’il a reçu la grâce de voir non seulement avec ses yeux de chair, mais avec son cœur. Il a alors «compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts». «Il n’y a plus rien à voir avec les yeux. Maintenant, c’est au cœur de voir et de croire.» (Marc Sevin, 160 dimanches et fêtes, Bayard, p. 65)

Notre présence à la messe d’aujourd’hui témoigne que nous sommes des baptisés qui croient en la résurrection de Jésus et sont conscients de ce qu’elle implique. Il est bien et même nécessaire d’en rendre grâce comme nous le faisons en célébrant la messe, mais cela ne suffit pas pour être des authentiques croyants et croyantes, parce que la foi en la résurrection de Jésus et la nôtre nous appelle à vivre en ressuscités.

«La foi sans les œuvres est morte.» (Jacques 2, 26)

«Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut et que votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu.» (2e lecture)


Nous y parvenons quand nous aimons, quand nous pardonnons, quand nous compatissons à la souffrance des autres, quand nous donnons un verre d’eau à l’assoiffé, quand nous aidons qui est dans le besoin, quand nous nous mettons au service des autres.

La résurrection de Jésus en laquelle nous croyons devrait illuminer toute notre vie. À ce sujet, le patriarche Athanase d’Alexandrie a écrit: «Le Christ ressuscité a fait de la vie de l’homme une fête continuelle», et Saint-Paul a dit : «Soyez toujours dans la joie.» (1 Thess. 5, 16)

Que notre vie soit donc une fête, et vivons-la dans l’allégresse qui jaillit de l’assurance d’être constamment aimés de Dieu et appelés à vivre éternellement auprès de Lui.

L’abbé Jean-Marie Proulx